grimporama.com

Blocs Guyanais par Yves Soltner

 

Accueil

Voir avec Google Earth
Localisation Google Earth
(Iles du Salut)
Voir avec Google Earth
Localisation Google Earth
(Massif de Kérenroch)
BLOCS GUYANAIS

.

La Guyane Française recèle de précieuses pépites noires qui ne peuvent laisser indifférents les chercheurs de blocs. Avec un peu d’imagination, une bonne carte et un coupe-coupe, il est possible de partir à la découverte de styles et de terrains d’escalade exotiques à environ une heure de Kourou qui combleront les amateurs de nature et d’aventures qui ne souhaitent pas forcement partir plusieurs jours en expédition vers les inselbergs, sauts, et autres sites perdus en forêt.

.


- Petit Saut :
La route de petit saut mène aujourd’hui au barrage du même nom qui coupe le fleuve Sinnamary à environ 60 km au NE de Kourou. Elle est goudronnée ne nécessite pas de 4x4. Après avoir dépassé la crique lézard où il fait bon se baigner ou s’abriter sous le carbet aménagé on arrive au rond point à proximité du barrage.
Il faut s’engager sur la première route à droite, les rochers sont là, tout près sur votre droite, cachés dans la forêt.
C’est au hasard d’une virée au barrage que j’ai aperçu il y a quelques années de beaux blocs noirs sur un terrain en cours de défrichage. Curieux de connaître le type de rocher, je fus renseigné par un ancien légionnaire qui avait élu domicile sur ce site. Il me fit découvrir son domaine et c’est seulement à la nuit tombée que je repris la route pour Kourou, encore tout émoustillé par ma découverte et me promettant de revenir avec mes chaussons.
Pour les curieux d’histoire
Le site de petit saut est un haut lieu de vestiges amérindiens. Outils, armes et polissoires sont encore visibles à proximité des criques (cours d’eau) qui parcourent la forêt.
Accès Petit Saut :
Le massif de blocs de Kérenroch est situé à environ 25 kms de la RN 1 (entre Kourou et Sinnamary).
Ce n’est que durant l’été 2007 que j’ai pu réaliser ce projet. La végétation avait repoussé, mais les blocs étaient toujours là, perdus dans cet océan de verdure.
Cette zone est couverte de nombreux rochers tantôt noirs, tantôt orangés parsemant le terrain, et offrant leurs lignes rondes et rugueuses à la chaleur du soleil. Parfois des fissures ou des réglettes laissent deviner des zones de faiblesses plus conventionnelles pour un bleausard.

En s’enfonçant un peu dans la forêt, on trouve également des blocs de 3 à 5 m, couverts de mousse, dont les dalles, les fissures et les arêtes n’attendent que d’être chatouillées par des mains et de la gomme, pour la première fois sans doute.

.


- Iles du Salut :
Les îles du salut sont incontournables pour qui visite la Guyane. C’est un lieu chargé d’histoire où subsistent les vestiges du bagne, de la maison prison de Dreyfus, du passage de Seznec. C’est aussi un endroit dangereux du fait des forts courants qui entourent les 3 îles aux eaux relativement claires et très poissonneuses. Hormis l’île du diable qui demeure interdite, l’île royale et l’île Saint Joseph sont desservies quotidiennement par bateau.

Ces deux îles d’origine volcanique présentent également la particularité d’être richement dotées en blocs et en falaises en bordure de côte. L’accès en est simplifié par le large chemin qui parcourt le tour des Iles.

Ile St-Joseph "L'araignée" 5a

"Les sites grimpables des Iles du Salut"

Bon à savoir
Ces Iles sont propriété du Centre Spatial Guyanais. Les accès en sont réglementés et il
convient de respecter les consignes de sécurité affichées à certains endroits des îles.

- Royale
Une petite falaise sur le flanc N également, à chercher à partir du chemin vers la Pointe de Trinidad. Le rocher est compact et sain mais moins haut que St Joseph.

- St Joseph
Probablement le plus fort potentiel. Le rocher est ici plus compact qu’à petit saut. Il présente des fissures marquées et des angles aigus. On trouve des blocs intéressants en bordure de mer sur le flanc N à l’abri de l’humidité des vagues, bien évidemment. L’ambiance est magique au bord de l’océan, avec 28 C° à l’ombre des cocotiers.
Un rocher avec une tortue gravée marque le début des falaises de la Pointe de Marie-Galante.
Le rocher est parfois fragile à la base de la paroi pour s’améliorer ensuite. Il y en a pour tous les niveaux et la corde est nécessaire pour atteindre les 10 à 15 m en toute sécurité. Les points d’assurance depuis le haut ne posent pas de difficultés, compte tenu de la végétation. Ne vous découragez pas s’il y a de la mousse. A la saison sèche, elle s’enlève sans difficulté par plaques entières. On reste quand même dans un terrain d’aventure même si le coupe-coupe ne vous servira ici qu’à ouvrir les noix de coco.

   

.

Pratique

Période :
Grimper durant la saison sèche impérativement, c’est à dire de fin juillet à novembre afin d’éviter la pluie et la mousse.

S’y rendre :
Départs quotidiens depuis Orly Ouest (par Air France uniquement).

Santé :
Le vaccin de la fièvre jaune est obligatoire pour entrer en Guyane.

Nourriture/hébergement :
On trouve de tout à Kourou. Marché le mardi et vendredi et marché aux poissons tous les matins. Attention à la disponibilité des hôtels durant les campagnes de lancement de la fusée Ariane.
Pour les Iles, il existe plusieurs possibilités de restauration et d’hébergement si l’on souhaite y séjourner plusieurs jours (www.ilesdusalut.com).
On peut aussi jouer les robinsons d’un soir sur la plage de coquillages blancs de St joseph.

Ti’Punch :
Boisson locale à base de rhum, de sirop de canne et de citron vert. Déconseillé à tout grimpeur qui se respecte…

Cartes :
Les cartes IGN au 25000 sont parfaites. Attention toutefois à ne pas partir en forêt sans préparation.

Inselberg :
Sorte de Pain de Sucre rocheux typique des Tropiques ! Ne jeter jamais un œil aux rares photos des mystérieux monts Tumuc-Humac ou Mitarak si vous voulez dormir sereinement…

Textes et crédits photos : Yves Soltner


© Copyright Grimporama.com