grimporama.com

Escalade au viaduc des Fauvettes (91)

 
Retour Menu Principal Accueil
Vous procurer ce topo
Escalade aux Fauvettes
(disponible ici)
Le viaduc des Fauvettes

Le trou laissé par le bombardement de
mai juin 1944

Le tablier du viaduc

.

02 Octobre 2004 - Inauguration du viaduc des Fauvettes

Finalement la ténacité aura fini par payer, le viaduc a été inauguré le samedi 02 octobre et reprends enfin du sevice.
Le trou issu d'un bombardement durant la seconde guerre mondiale a été rebouché, sur le tablier des rambardes de sécurité ont été posées et un énorme travail de débrouissaillage a été effectué par les communes de Bures-sur Yvette et Gometz-le-Chatel.
Coté escalade, les moulinettes ont été remplacées.

Depuis septembre 2007 un topo papier est disponible. Pour plus dinfos cliquez ici.


Communiqué du Cosiroc
Chers amis,

Je profite de quelques nouvelles fraîches pour faire un point avec vous sur la réhabilitation du Viaduc des Fauvettes interdit depuis plusieurs années par arrêté préfectoral.

Petit rappel : le viaduc désafecté depuis fort longtemps était devenu la plus grande falaise d'Ile de France (plus de 100 voies du 3 au 8a dont certaines dépassant les 35 m...) et ce totalement libre d'accès ! A la suite d'une expertise, le préfet a pris un arrêté de péril immédiat interdisant tout accès au site (et donc l'escalade). De longues tractations ont été nécessaires au Cosiroc pour trouver le financement des travaux et accords préalables à la réouverture au public.

Ce projet, très cher à Daniel Taupin, a été long à demmarer. C'est chose faite depuis janvier.
La première phase des travaux consiste dans le renforcement (reconstruction) de la voûte bombardée. Ce sera chose faite dans un mois environ. Parallèlement, la DDE a procédé à la mise en place de plus de 100 m de gardes-corps au sommet. Viendra ensuite les travaux d'étanchement de la plate forme sommitale...

En attendant le jour bénis de la réouverture, je vous rappelle et vous demande s'il vous plaît de le faire savoir autour de vous, que l'escalade ou la promenade sont formellement et toujours interdites sur le chantier.

Il serait dommage que quelques individuels ou clubs par leur impatience (légitime) retardent davantage le projet en entraînant la fermeture du chantier par mesure de sécurité.

Je vous remercie tous et toutes de nous aider dans cette démarche pour notre plus grand bonheur futur.

Bien à vous,
Sportivement
Grégoire Clouzeau
Président du Cosiroc


29 Mars 2002 - Du nouveau au viaduc des Fauvettes
Après des retards dus à des changements de direction à la DDE de Palaiseau (91), le Cosiroc vient d'apprendre que la commission de sélection des candidatures d'entreprises pour la réparation du viaduc des Fauvettes a eu lieu le 07 mars 2002. Huit entreprises ont été sélectionnées.

Donc, malgré un silence apparent, les choses avancent.
Les 1,5 MF de subvention départementale sont versés sur le CCP du Cosiroc qui n'attend qu'une chose : que cet argent soit dépensé.

Source : Cosiroc


Rappel, un peu d'histoire sur l'interdiction de l'accès au viaduc,
Depuis 1997, un arrêté préfectoral interdit l'accès au viaduc des Fauvettes.
Une étude menée pour la DDE met en évidence le caractère dangereux du viaduc des Fauvettes. Outre le manque de garde corps sur la partie supérieure de l'équipement, le trou "fait par une bombe" fragilise sérieusement la stabilité de l'édifice. En effet, la solidité du viaduc vient de l'appui des extrémités sur les flancs du vallon de la justice. Fragilisé par ce trou, l'ensemble de l'édifice risque à tout moment de s'écrouler "comme un château de cartes".
La Préfecture de l'Essonne a donc pris un arrêté déclarant le viaduc des Fauvettes dangereux, interdisant toutes pratiques sportives par le haut comme par le bas. Une clôture sera prochainement mise en place interdisant l'accès supérieur et les abords des piliers du Viaduc. Les Maires des communes de Gometz-le-Châtel et de Bures-sur-Yvette chargés de faire respecter cet arrêté ont alors pris contact et informés les utilisateurs qui ont réagi rapidement. Une première réunion a déjà eu lieu entre les Maires et le représentant de la Fédération Française de Montagne et d'Escalade, de la Fédération Française de Spéléologie et du Cosiroc. Un groupe de travail a déjà été créé avec les participants de cette réunion dans un but d'informer, de suivre le dossier et de chercher des financements afin de promouvoir à la réouverture rapide du viaduc des Fauvettes, tant aux pratiques de loisirs et aux pratiques sportives.
De plus amples informations vous seront communiquées dans les prochains numéros de votre journal municipal.
En attendant, et dans l'intérêt de tous, nous vous demandons de respecter l'interdiction préfectorale.

Le viaduc et l'histoire de la ligne,
- 1877... Aux temps héroiques des débuts du chemin de fer, les initiatives reviennent toutes à
  des investisseurs privés. Le paysage ferroviaire français est partagé par une quantité incroyable
  de compagnies différentes, et chacune tente de prendre l'avantage sur la voisine pour en
  récupérer le trafic. Dans cette course, l'accès à la capitale est un facteur déterminant, et les
  compagnies qui en sont dépourvues payent pour emprunter les autres lignes.
  Témoins de cette époque, les grandes gares parisiennes sont les véritables "cartes de visite"
  des compagnies ferroviaires.
- 1878, l'état entre dans la bagarre avec la création du réseau des chemins de fer de l'Etat qui
  deviendra la SNCF en 1938. Il rachète les compagnies des Charentes et de Vendée en assez
  mauvais état matériel ou financier. Mais aucune ligne ne va à Paris.
  La gare du nouveau réseau la plus proche de Paris est Auneau, et tout naturellement, l'état
  cherche à relier ce point à une belle gare dans la capitale, la gare du Trocadéro, qui ne verra
  jamais le jour. Dans l'attente, les trains arriveront à la gare Montparnasse, territoire de la
  compagnie de l'Ouest. Les projets de tracés se succèdent, pour aboutir en 1903 au projet
  définitif (qui d'ailleurs ne passe plus par Auneau) : Paris-Montparnasse, Montrouge, Sceaux,
  Massy, Orsay, Limours, Bonnelles, Ablis, Gallardon, Chartres. Il est prévu en double voie sur
  la totalité du parcours.
- 1907, les travaux débutent, et la section Chartres-Saint-Arnoult est terminée en 1917.
- 1918, les autorités militaires réquisitionnent les rails d'une des deux voies pour récupérer de la
  matière première. Les travaux reprennent et Limours est atteint en 1922, Massy en 1930 et
  Chatenay l'année suivante. Le budget est depuis longtemps dépassé, et le troncon
  Massy-Chatenay a été financé par les communes. Il ne manque que 2 km pour rejoindre les
  voies de la compagnie de l'Ouest, il ne seront pas réalisés.
  La ligne n'est donc parcourue que par trois omnibus quotidiens entre Massy et Chartres, plus
  un service marchandises minimum.
- 1939, le viaduc ne voit plus passer que des wagons Allemands, le viaduc de Maintenon sur
  l'autre ligne Paris-Chartres ayant été détruit au début de la guerre.
- 1944, la ligne est bombardée et les voies aussitôt déposées.
- 1953, la section est déclassée.


© Copyright Grimporama.com